Thérapie des hautes cervicales
auf deutschin englishen españolle site est en français

Effets physiologiques de la thérapie des hautes cervicales

Gauche avant la thérapie, droit après la thérapie. La pièce rouge symbolise l'artère carotide, la pièce bleu la veine jugulaire. Il est évident que l'atlas qui, avant thérapie, se pressait vers l'avant, aprés thérapie, vient se reposer en arrière et exerce une pression beaucoup moins forte sur l'espace parapharyngé. Par conséquent, l'approvisionnement de ces vaisseaux principaux s'optimisent; les voies nerveuses (par exemple, nn. vague et glossophayngeus) qui passent par là se décompressent.

Le repositionnement du digastrique est une mesure tout à fait sans risques qui a comme effet de promouvoir la circulation sanguine d'une manière permanente du côté gauche ainsi que l'innervation. Ceci est dû au fait que le digastrique a, dès le moment de la thérapie, une fonction de frein contre la pression qu'exerce l'atlas vers l'avant.

En plus, le mécanisme de la boucle de l'atlas est stabilisé et ne peut plus être affecté d'une facon  myogénique. L'approvisionnement des parties vielles du cerveau (tronc cérébral, cervelet) s'ameliore sans cette pression digastrique. L'écoulement sanguin garanti au niveau des artères vertébrales est importante pour la symptomatologie de la migraine.

En ce qui concerne la circulation sanguine renforcée du côté gauche, une femme a annoncé immédiatement après le traitement: "La sensation était, comme si quelque chose montait tout d'un coup içi sur le coté, comme un courant, en effet, c'était presque comme si la tête sur le côté était tirée vers le haut. Une bouffée d'air frais ....!" (voir film documentaire)


L'os hyoïde (voir photo ci-dessus) est un os semi-circulaire qui soutient en quelque sorte la gorge. Lors de chaque deglutition, la fermeture de la trachée est garantie par l'action des muscles supra- et infrahyoïdeaux (voir image ci-dessous). Le digastrique est fortement impliqué dans la deglutition.

L'asymétrie des hautes cervicales signifie aussi que les muscles supra- et infrahyoïdeaux qui contrôlent la deglutition, se trouvent à gauche plus en bas que à droite. Le muscle digastrique est spécifiquement chargé de lever l'os hyoïde et l'œsophage entier. Par ce mouvement, le Procesus atlantis lateralis de gauche qui se trouve devant le digastrique, est constamment poussé vers le haut et en direction de la  fosse infratemporale. La compression du contenu de la fosse infratemporale peut conduire à des  névralgies de trijumeau .

En outre, l'asymétrie des hautes cervicales signifie que la bouche est ouverte de façon asymétrique. Les muscles de mastication ne peuvent pas ouvrir la bouche symétriquement, parce que le procesus de l'atlas gauche entrave la mâchoire et intervient spécialement dans la fonction du muscle ptérygoïdien latéral. .La mâchoire qui fonctionnne asymétriquement, peut parfois conduire à des douleurs de mâchoire quand des nerfs sensibles sont sous pression.

En ce qui concerne le changement de position des muscles supra- et infrahyoïdeaux du côté gauche, un patient a annoncé après traitement: "Comment je me sens? Différent, plus droit et plus détendu, même ici dans la région (montre sur les deux côtés de la mâchoire allant vers en bas), ça se sent comme si ce côté était tombé (montre intensément sur l'articulation de la mâchoire gauche), ici, ce côté se sent tombé, vraiment ...sinon ça se sent très étrange, je ne saurais décrire ce qui s'est réellement passé, le sentiment n'est pas mauvais, il est bon ..."  (voir film documentaire)


Modèle de la colonne vertébrale : gauche avant thérapie, droite après thérapie. Le réarrangement du muscle digastrique provoque une levée de la rigidification et de la torsion, on constate un redressement et un relâchement.

Le système de la colonne vertébrale et ses muscles sont symétrisés d'une manière fonctionnelle. A partir du moment de la thérapie, une impulsion continuelle symétrisante descend le long de la colonne vertébrale, et conduit à son redressement dans le cadre des possibilités morphologiques. 

Comparable à une grue (la colonne des vertèbres empilées), qui a non seulement un câble sinon deux, à la gauche et à la droite de la colonne de support (les groupes de muscles le long de la colonne vertébrale), et si lorsque une même très petite difference de tension entre le câble de gauche et de droite persistais, cela mènerait à l'effondrement de la colonne de support (flexion et torsion de la colonne vertébrale). Le dessinateur se hâterait d'installer des forces de câble symétriques.

En ce qui concerne l'effet dé-torsionnant de la thérapie des hautes cervicales, une patiente (né en 1957) a écrit immédiatement après le traitement: "Je me sens légère comme une plume, la douleur est partie et détendue. Déjà pendant le traitement, j'ai ressenti le redressement et les étirements." - Trois semaines plus tard, elle a annoncé: "L'important, c'est que je suis simplement droite! Avant, mon partenaire a toujours essayé de m'assoir droite, parce que j'ai toujours eu une petite bosse, une flexion de la colonne vertébrale, c'est comme un enfant d'âge scolaire dans la classe, mais cela n'a jamais été long et j'étais à nouveau bossue. Et maintenant, je ne peux même plus faire ma bosse! Ca ne fonctionne plus du tout! Je suis droite de toute seule maintenant. C'est juste comme un bâton dans le dos, mais sans le bâton. C'est soudainement une position naturellement droite. C'était comme un miracle, je ne pouvais pas le comprendre."

Vue arrière d'un adolescent de quatorze ans: Avant le traitement, la position Cock-robin est évidente, après le traitement, elle est terminée. L'épaule gauche va se reconstruire, celle de droite va s'amoinndrir en tonus musculaire. L'ajustement dure de six mois à un an.

Ce commentaire perceptionel et très personel démontre clairement qu'un dé-torsionnement et étirement de la colonne vertébrale ainsi qu'un assouplissement de ses muscles a eu lieu chez cette patiente. Une euphorie si forte et durant pendant des semaines au sujet du nouvel état ne se produit pas toujours à cette mesure et n'est pas toujours si clairement remarquée consciemment, mais elle est toujours au moins subliminalement présente et disponible. Par exemple, un jeune homme qui n'avait pas d'indications importantes pour effectuer la thérapie des hautes cervicales, était enthousiaste: "Ma tension a considérablement diminué dans le dos, ca ce sent tout le long du dos et tirant vers le bas, c'est un sentiment tout à fait merveilleux, il vous faut l'avoir fait et connu, de sorte que c'est presque comme si vous étiez né à nouveau." (voir film documentaire)

 Après la thérapie, on peut palper de façon régulière que la ceinture scapulaire supérieure et les muscles des hautes cervicales sont plus doux et se sont harmonisés. Des points de pression qui, avant la thérapie, sont douloureux (par exemple l'origine du Muculus levator scapulae et du Musculus semispinalis capitis) deviennent moins tendres après la thérapie.

En regle générale, un basculement et torsionnement de la tête subliminal ou même très visible  (Position Cock-Robin) s'élimine (voir photo). Cela conduit à une plus grande mobilité et facilité de bouger la tête (voir l'étude).

Photos de profil d'un garçon avant et après le traitement: L'asymétrie des hautes cervicales cause une posture de la tête penchée en avant et laisse la place à une disposition de la tête droite après thérapie.

On remarque souvent chez les enfants dans la vue de côté, que la tete penchée en avant est remplacée par une disposition droite de la tête, la position de la colonne cervicale cyphosée se reduit fortement et est remplacé par une lordose de la même (voir photo).


La thérapie des hautes cervicales est un agent thérapeutique disponible, avec lequel

  • une posture de la tête penchée en avant devenue parfois douloureuse et chronique,
  • une torsion de la relation du corps à la tête,
  • un mouvement de torsion et le raidissement de la colonne vertébrale,
  • un bassin inégal et des différences de longueur des jambes,
  • des troubles de la perfusion (y compris des artères carotides, et artères vertébrales),
  • des troubles temporo-maxillaire et de charge mandibulaire asymétrique,
  • des phénomènes de compression dans la fosse infratemporale, et
  • des congestions lymphatiques dans le domaine de la jonction cranio-cervicale

peuvent probablement être éliminés de façon permanente. Par conséquent, il ne devrait pas être surprennant si la liste des indications est longue.

La thérapie des hautes cervicales en tant que traitement de fond  atténue un développement de maladie de manière non-spécifique dans un premier temps et ouvre la voie à d'autres procédures thérapeutiques coordonnées concernant la maladie restante.