Thérapie des hautes cervicales
auf deutschin englishen españolle site est en français

Description du procédé de traitement

Après l'enquête sur les antécédents médicaux, l'introduction dans le processus de traitement et le consentement explicite du patient, celui-ci prend place sur une chaise à dossier droit. Entre le dossier et la colonne vertébrale thoracique, une bobine est serré afin de permettre les mesures d'angle de rotation d'après la méthode zéro neutre. En plus, un diagnostic de palpation est fourni.

  • Avant et après thérapie, et après l'exposition aux vibrations sur les muscles du dos ('massage'), des mesures angulaires de la rotation horizontale, flexion latérale, et flexion et l'extension seront réalisés. Les données obtenues seront utilisées pour le diagnostic et pour des fins d'illustration ainsi que statistiquement.
  • Avant, après thérapie et après massage, des résultats de palpation seront obtenu et, au cas échéant, documentés. À des fins de recherche, une documentation photographique et filmique peut être produite durant la thérapie.
Si l'on applique un vibrathode à côté (medialment) de l'apophyse mastoïdien, on obtiendra que le muscle digastrique posterieur gauche se mette en vibration.

Le réarrangement du muscle digastrique est produit par une brève mobilisation ou plutôt l'application d'une douce vibration de très petite amplitude sur la région sous-occipitale gauche et un mouvement auto-déterminé de la tête du patient. Bien que d'autres muscles de la région sous-occipitale gauche soient co-stimulés, l'effet déterminant est réalisé par la flexion laterale gauche de la tête pendant que le muscle digastrique gauche soit brièvement mobilisé par vibration. A la fin de la flexion latérale, ont arrête la vibration et la tête est redressée sans vibration. A ce moment, le muscle dans sa fasce ira devant les hautes cervicales. Dans ces conditions, le muscle digastrique postérieur gauche quittera son lieu d'implantation derrière l'arceau posterieur de l'atlas ou sur les muscles des hautes cervicales, se trouvera brièvement à côté de la pointe de l'extension de l'atlas et ne reviendra plus au lieu d'implantation au cours du redressement de la tête. Dorenavant, le muscle se trouvera devant les hautes cervicales, et se tiendra désormais en position symétrique par rapport au muscle digastrique droit.

Le processus peut être accompagné par palpation: Comparé à l'état antérieur, il s'agit d'un état totalment neuf, qui est normalement fortement remarqué par les patients.

Après le réarrangement du muscle, le patient a la possibilité de poursuivre ses sensations corporelles et d'explorer la nouvelle mobilité de la tête et de la posture. Habituellement, une augmentation très remarquable des mouvements de la tête est remarquée en premier, en particulier la rotation horizontale vers la droite est élargie, ce qui est causée par le fait que l'étrier a soudainement disparu, c'est-à-dire, la pression causée par le muscle digastrique gauche. En outre, parmi d'autres choses, notamment le renforcement de la circulation sanguine de l'artère vertébrale gauche se produit, ce qui se manifeste par un sentiment de chaleur, de picotements ou d'impulsions. Ces phénomènes devraient être accompagnés thérapeutiquement.

Une deuxième étape importante est le traitement vibrationel avec effet hyperémique sur le haut du dos et les muscles des hautes cervicales en position couchée, le cas échéant, chez les patients âgés et gravement malade, en position assise. De cette manière, la réorientation propioceptive est initiée dans la région du rachis supérieur. Si cette étape n'est pas prise, il est fréquent qu'un premier réarrangement du muscle régresse en raison de la persistance des déséquilibres musculaires et l'ancien état ​​asymétrique se produise à nouveau.

Des notes sur l'optimisation de la posture complètent la deuxième étape du traitement. Il s'agit essentiellement de la culture consciente de la rétraction de la tête. Après le réarrangement du muscle digastrique, la tête peut être plus facilement poussée horizontalement vers l'arrière et y être maintenu. De cette façon, la posture et l'état ​​géneral s'optimisent de façon permanente. Afin de renforcer les muscles des hautes cervicales, il est recommandé dans certains cas, d'étirer une bande stretch tenue devant la bouche dans différentes directions, ce qui assure le succès de la thérapie.

Après que des questions, les effets secondaires possibles et la réversibilité du réarrangement du muscle digastrique eussent été discutés, un rendez-vous ulterieur complete la procédure. Dans les pathologies graves, les rendez-vous doivent être étroitement prévu, afin de mieux pouvoir aborder les problèmes et les réactions à la thérapie. Concernant des pathologies plus légères, deux à trois rendez-vous à intervalles de plus en plus élargi et un rendez-vous de suivi après une période de six à sept mois suffisent.