Thérapie des hautes cervicales
auf deutschin englishen españolle site est en français

Aspects médico-psychologiques de la thérapie des hautes cervicales

Après que l'indication pour la thérapie des hautes cervicales ait été établie et que les antécédents médicaux ont été recueillis, le patient doit avoir compris les événements anatomiques et physiologiques prévus. 

Comme il s'agit d'un changement qualitatif à l'organisme de caractère généralement pas réversible, des mesures précautieuses doivent être prises du point de vue d'éthique médicale : La conversation préparative sert, entre autres, à obtenir le consentement éclairé du patient.

Le processus thérapeutique implique le réarrangement du muscle digastrique avec diagnostic concomitant  (mesures d'angles de rotation, palpation). Dans ce cadre, une attention spéciale est appliquée à la réaction émotionnelle du processus et des effets secondaires possibles sont indiqués.

En conséquence, la méthode de thérapie des hautes cervicales est un processus complexe médico-psychologique : Il suit les directives médicales (éducation d'intervention, antécédents médicaux, diagnostic concomitant à la thérapie, enquête catamnestique) et les besoins psychologiques (règulation de l'état psychique, réduction de l'anxiété).

Beaucoup de gens - peut-être en raison d'expériences négatives - ont très peur d'un traitement à la jonction cranio-cervicale. On trouve souvent une attitude quasi mystique qu'il s'agit-là d'un domaine tellement sensible, que l'on peut qu'empirer la situation, et ne jamais l'améliorer. Cette grande prudence a été justifiée à ce jour, parce que si vous effectuez des manipulations au niveau des hautes cervicales dans l'ignorance des faits anatomiques présentés ici, une aggravation de l'état s'en suit souvent (par exemple,  étourdissements augmentés, déclin de vitalité).

Essentiellement, le traitement doit être fait qu'en absence totale de peur et dans un état de confiance envers la procédure.