Thérapie des hautes cervicales
auf deutschin englishen españolle site est en français

Sommaire

La thérapie des hautes cervicales est une méthode très efficace, non invasive qui a été développée et testée dans les années 2008 à 2011 dans le cadre d'une communauté de coopération médicale. Au fond, elle consiste dans le réarrangement du muscle digastrique postérieur gauche devant les hautes cervicales, de sorte que la conduction digastrique asymétrique, qui est probablement due à l'évolution, est transformée en une conduction digastrique symétrique, thérapeutiquement souhaitée. En matière de santé, la thérapie des hautes cervicales a produit des améliorations immédiates et à long terme dans différentes pathologies : En ce qui concerne le coup de lapin chronique, douleurs d'épaules et céphalée de tension, des résultats positifs ont été généré chez les adultes. En outre, scoliose,  troubles de ventilation des trompes d'Eustache, douleurs à la mâchoire et grincements de dents, en tant que symptômes de torsion, ont été influencés positivement. Migraine, vertige, acouphène, en tant que maladies avec composante vasculaire, ont été également influençable thérapeutiquement ainsi que des syndromes rares tels que l'algie vasculaire de la face, hémicrânie paroxystique et névralgie du trijumeau. Chez les enfants, des améliorations ont été observées par rapport au trouble de symétrie pendant la première enfance, trouble de déficit de l'attention, scoliose juvénile et torticolis chronique. En théorie, il est supposé que la conduction digastrique asymétrique provoque une torsion du squelette axial et une réduction de la circulation sanguine dans les artères vertébrales, et que, en consequence,  la  conduction digastrique symétrique provoque le redressage du squelette axial et une augmentation du débit sanguin par les artères vertébrales. Au cas d'une prédisposition correspondante, la conduction digastrique asymétrique pourrait être une cause commune de ces pathologies. Afin de  vérifier les hypothèses postulées, il est nécessaire de faire avancer la recherche clinique correspondante.