Thérapie des hautes cervicales
auf deutschin englishen españolle site est en français

Découverte de l'asymétrie des hautes cervicales

Poirier, Paul (1896). Traité d'Anatomie Humaine. Représentation des muscles sus-hyoïdiens: Nous voyons le muscle digastrique, comme il se déplace dans un angle obtus au-dessus de l'os hyoïde.

L'asymétrie des hautes cervicales ou plutôt l'acheminement asymétrique du muscle digastrique autours des hautes cervicales (Axis, Atlas, occiput) a été découvert en tant que phénomène, quand j'ai acheté une goniomêtre pour mesurer les mouvement de la tête et que j'avais mesuré chez de nombreuses personnes que les mouvements de tête n'étaient que très rarement symétriques (étude). Au cours de mes mesures, j'ai trouvé que, après le traitement appliqué ici, les mouvements de la tête étaient augmenté et symétrisé. Les personnes traitées rapportaient une légèreté de la tête, un sentiment de soulagement et, de façon régulière, des réductions des symptômes. Je me doutais bien qu'il s'agissait d'un enchevêtrement des muscles supérieurs hyoïdiens (muscles sus-hyoïdiens) avec les articulations de la tête.

Au début de l'année 2008, le médecin de Kassel, la docteur Gabriele Hauenstein, et moi, nous avions fondé une communauté de coopération médicale dans le but d'expliquer les phénomènes observés. À la suite de nombreux efforts nous avions atteint des conclusions importantes anatomiques qui ont permis d'affiner le traitement, et l'expérience clinique nous a permis de comprendre le phénomène plus profondément. La publication doit être comprise comme un résultat de cette collaboration fructueuse.

Le Centre d'anatomie de l'Université de Göttingen a contribué à étudier les faits anatomiques: À partir de la fin du 2009 semestre d'été, plus récemment en Juillet 2012, ont a trouvé dans plusieurs préparations anatomiques de la tête que le muscle digastrique postérieur gauche passe, en allant vers l'os hyoïde, en analogie à une poulie, derrière et en dessous de l'extension de l'atlas, mais, du côté droit, il passe à l'avant ou à côté de l'extension de l'atlas (référence anatomique).

Au cours du semestre d'hiver 2009/10, une partie de la collection médico-historique de crânes  de Göttingen (Collection de Blumenbach)  et des collections d'ossement ont été examinés d'une façon exploratoire au sujet de cette question. Depuis le semestre d'hiver 2010/11, le plus récemment pendant le semestre d'été 2012, une proportion importante (environ 400 crânes) de ladite collection a été soumise à des méthodes de mesure craniometriques afin d'en tirer des conclusions valables. Après avoir examiné les anciennes sources, il fût révélé que le phénomène de conduction du muscle digastrique asymétrique n'a pas été découvert, ni recherché à ce jour. Il s'agit indéniablement d'une découverte anatomique. Par conséquent, ce chapitre doit être ajouté à la macroanatomie.

A gauche: Vue d'un modèle de la base du crâne avec atlas, mandibule et des petits bâtons pour illustrer le cours du digastrique. Sur la gauche (dans l'image à droite) le muscle digastrique postérieur passe derrière et en dessous de l'extension de l'atlas, sur le côté droit il passe à l'avant ou à côté de du même. Il en résulte une certaine obliquité de l'atlas par rapport à la base du crâne. Droite: Idem, en plus de l'axis. Ici, nous pouvons voir que l'extension gauche de l'atlas ce situe à proximité du coin de la mâchoire, ce qui explique pourquoi il n'est généralement pas palpable, mais l'extension de l'axis gauche positionné ventralement part rapport au mastoïde est certainement palpable.

Puisque, dans le cas du réarrangement thérapeutique du muscle digastrique postérieur gauche, il s'agit d'une découverte d'envergure clinique, un très large éventail d'indications fût vérifié. Il a été constaté que l'asymétrie des hautes cervicales explique un certain pourcentage des symptômes associés à des problèmes de santé. Dans le cas d'une maladie, il faudrait toujours vérifier si une asymétrie des hautes cervicales exacerbée n'a pas l'effet d'une co-cause. Les améliorations qui se produisent régulièrement dans de nombreuses pathologies, nous forcent à croire qu'il existe une relation causale entre les symptômes particuliers et la qualité de la direction du muscle digastrique. Le large éventail d'indications peut être apprehendé par les exemples suivants:

  •  Le coup de lapin ou plutôt la blessure par accélération provoque une distension du muscle  digastrique posterieur gauche de manière que l'atlas se positionne durablement de travers, à gauche, les muscles des hautes cervicales hypotrophient  parce qu'ils se trouvent comme dans un lit de plâtre, les conditions de circulation sanguine se détériorent et deviennent sensible aux mouvements: Ces symptômes peuvent être traités par la thérapie des hautes cervicales. 
  • Les céphalées de tension chroniques disparaissent après la thérapie des hautes cervicales. 
  • La migraine est étroitement associée  avec l'asymétrie des hautes cervicales aggravée. Les experiences thérapeutiques actuelles sont encourageantes. Cependant, ces symptômes nécessitent un suivi à long terme. 
  • À l'âge mûr, cette mesure pourrait être utile, parce que le vertige passe et, en consequence, le risque de chutes diminue.
  • Dans le cas de l'algie vasculaire de la face, la thérapie des hautes cervicales aide très probablement: En considérant une rémission confirmée par le patient et aussi pour des considérations théoriques cela est considéré comme etant hautement probable.

Concernant les symptômes pré-existants, de la casuistique et des tentatives d'explication physiologique ont été livré. Cela devrait servir à encourager le publique médical de faire des recherches dans la spécialité respective. Des années d'engagement pour le sujet ont conduit à la prise de conscience que beaucoup de gens souffrent plus ou moins de l'asymétrie des hautes cervicales. Je me sens obligé de faire connaître ma découverte au publique avec toutes ses implications anthropologiques et cliniques, de sorte que ce dernier soit en mesure d'examiner le phénomène décrit. L'examen anthropologique promet des conclusions évolutionnaires; en termes cliniques, des perspectives de santé peuvent être identifiés.